9 Janvier 2024

2024, une ambition française renouvelée, une Europe du spatial réinventée

Mardi 9 janvier 2024, Philippe Baptiste, Président-directeur-général du CNES, a présenté ses vœux à la presse. L’occasion de remercier les journalistes qui n’ont de cesse de se mobiliser pour couvrir l’actualité spatiale et contribuer à donner une meilleure visibilité sur l’espace et ses enjeux. Ce moment d’échanges a permis de revenir sur les grands succès de 2023 et de présenter les perspectives du CNES pour 2024.

À l’occasion de l’interministérielle de l’ESA des 6 et 7 novembre 2023 à Séville, les 22 États membres de l’ESA ont réitéré leur engagement à faire de l’observation de la Terre pour le climat une priorité des investissements futurs, à offrir un service de transport cargo dans le domaine de l’exploration, notamment en orbite basse, et, enfin, à assurer le futur d’Ariane 6, essentiel pour l’accès autonome de l’Europe à l’espace. Emmanuel Macron, Président de la République, a quant à lui affirmé, en présentant de nouveaux axes de développement pour le plan d'investissements France 2030 le 11 décembre dernier : « La France soutiendra le développement d'un vaisseau spatial cargo, capable d'acheminer du fret vers les futures stations spatiales. Nous devons nous lancer dans cette compétition, mais avec la même méthode que pour les lanceurs, en ouvrant la voie aux initiatives privées, en autorisant les paris les plus risqués ».

Dans ce contexte, le budget du CNES 2024 atteint un très haut niveau, reflétant ainsi la priorité donnée au spatial par les puissances publiques. Il s’élève à 3,029 milliards d’euros, comprenant la contribution à l’ESA : 1,108 milliards d’euros, le programme national : 898 millions d’euros, les ressources propres : 716 millions d’euros, le financement plan de relance : 82 millions d’euros, le financement France 2030 : 211 millions d’euros et le financement PIA : 15 millions d’euros.

En terme de souveraineté, l’autonomie européenne d’accès à l’espace est primordiale. Le 5 juillet dernier, Ariane 5 a conclu sa mission historique en décollant une dernière fois depuis Kourou, mettant fin depuis 1997 à une incroyable liste de missions remarquables, comme JUICE, James Webb, BepiColombo, etc. Les essais combinés d’Ariane 6 en décembre 2023 ont renforcé la confiance dans la robustesse de ce nouveau système lanceur. Avec un vol inaugural entre la mi-juin et la fin juillet 2024, l’objectif numéro 1 du CNES est, aux côtés des industriels, de réussir son exploitation sur un marché ultra-compétitif.

Actuellement, le futur du lancement lourd s’articule autour du moteur Prométhéus et des perspectives de récupération du premier étage (démonstrations Callisto et Thémis). Le besoin évolue de manière significative sous le double effet d’une intensification de la participation à la dynamique exploration, tant en orbite basse que vers la Lune et au-delà, et d’une pérennisation d’un accès compétitif à l’espace. À cet égard, plusieurs avant-projets moteur forte poussée ont été lancés.

Le CNES a également démarré une diversification prometteuse de la famille des lanceurs européens en décembre 2021, en lançant un appel à projet pour soutenir les opérateurs de micro/mini-lanceurs. En décembre 2023, un workshop sur l'évolution de la réglementation au Centre Spatial Guyanais a jeté les bases de l'intégration réussie de ces nouveaux venus qui s’inscrit dans la transition écologique du CSG et son projet CSG-NG. Le CNES a lancé des investissements significatifs qui visent à réduire la consommation énergétique et l'empreinte carbone, avec notamment la mise en place d'une nouvelle architecture énergétique, la création de champs solaires, et le projet HYGUANE (HYdrogène GUyanais A Neutralité Environnementale) pour une première filière de production d'hydrogène vert en territoire d’Outre-Mer.

Par ailleurs, en fin d’année 2023 le CNES a été chargé par le Ministre Bruno Le Maire d’accompagner la diminution de l’empreinte environnementale de l’ensemble de la filière spatiale en proposant une feuille de route partagée afin d’assurer un développement compatible avec les limites planétaires. Son premier volet concernera la stratégie de décarbonation de la filière qui devra s’aligner sur l’objectif de contribution au zéro émissions nettes à l’horizon 2050. Cette stratégie est attendue pour septembre 2024.

Depuis 2018, le CNES continue d’appuyer le ministère des Armées dans la dynamique de renouvellement complet de ses capacités spatiales. Avec la DGA et l’industrie, le CNES est naturellement engagé dans le développement des systèmes devant leur succéder à l’horizon 2030 : Iris pour l’observation, Celeste pour l’écoute électromagnétique et Syracuse 5 pour les télécommunications. Fait inédit, le CNES s’investit fortement dans le développement d’une capacité d’action dans l’espace avec le démonstrateur Yoda, développé sous la maitrise d’œuvre du CNES, et le système Egide qui doit être lancé en 2030.

En outre, le CNES continue à jouer un rôle essentiel dans des projets innovants tels que Kinéis, la constellation pour l'Internet des Objets, le renforcement du système Cospas-Sarsat. Il soutient activement le déploiement continu de la constellation Galileo et le projet IRIS2, une initiative de connectivité sécurisée de l'Union européenne.

Connect by CNES, un programme complet qui va de l’idéation au financement en passant par l’incubation et l’accélération sans oublier la mise à disposition de brevets et de logiciels, la formation, l’accompagnement à l’international et surtout l’accompagnement technique, marque de fabrique du CNES, est le guichet du CNES dédié au NewSpace qui compte déjà de belles réussites. Ce sont plus de 250 entreprises qui ont bénéficié du programme, 35 start-ups accélérées par des programmes tels que SpaceFounders, une émulation, dans les hackathons ActInSpace, toujours plus forte des jeunes dans le monde, plus de 5000 pour l’édition 2023.

De plus, le volet spatial du programme France 2030 connaît une forte accélération. Dix commandes publiques et quatre appels à projets ont à ce jour été lancés, sur les micro mini lanceurs et sur les services en orbite (inspection et mobilité orbitale), et vont avoir un effet structurant pour le développement des acteurs sur ces marchés émergents. Deux nouvelles commandes publiques ont été lancées par le CNES fin 2023, d’une part pour des services de surveillance et gestion de crise à base de données spatiales, d’autre part pour un dispositif de validation en orbite de nouvelles technologies (IOD/IOV). Une dizaine de nouvelles commandes publiques sont en cours de préparation pour 2024 notamment sur les télécoms et la valorisation des données spatiales.

Grâce à la coopération internationale, 2023 a vu des avancées considérables dans le domaine du climat. Les premières données fournies par la mission franco-américaine SWOT démontrent déjà une capacité de détection des surfaces d’eau meilleure que prévue. Le Space for Climate Observatory (SCO) a connu un développement important en 2023 avec une dizaine de nouveaux signataires et plus de 70 projets mis en œuvre dans 28 pays, couvrant des domaines thématiques variés tels que l'agriculture, la gestion de l'eau, la biodiversité, l'adaptation urbaine, etc. L’avancement de TRISHNA, en coopération avec l’ISRO, qui fournira des images de la surface terrestre dans le domaine solaire et infrarouge thermique avec une résolution et une fréquence de revisite inégalées reste compatible d’un lancement en 2026. MicroCarb, capable de mesurer la concentration atmosphérique en CO2 sur l’ensemble du globe avec une très grande précision, est quant à lui prêt à être lancé.

En juin 2024, auront lieu depuis Kiruna la campagne Transat de ballons stratosphériques ouverts (BSO) pour des expériences scientifiques et technologiques françaises, européennes et canadiennes, dont un vol transatlantique entre le nord de la Suède jusqu’au Canada, et également un premier lâcher de ballon manœuvrant pour réaliser des tests de mise au plafond et de fin de vol. Enfin, le dernier trimestre 2024 verra le décollage du troisième satellite Sentinel-1C de Copernicus prévu à bord d’un lanceur Vega-C. Le satellite d’observation de la Terre fournira des images radar essentielles à un large éventail de services, d’applications et d’activités de recherche scientifique.

Dans le domaine de la coopération scientifique, 2023 a été une année riche pour la science européenne : le succès du lancement de la sonde spatiale JUICE en route pour étudier Jupiter et ses trois grandes lunes glacée, les premières images du télescope Euclid et la connaissance de Mars toujours meilleure grâce à SuperCam sur le rover Perseverance. Fin 2023, le CNES a livré le rover Idefix de la sonde MMX de la JAXA, développé avec l'agence allemande DLR. 2024 s’annonce prometteuse. Le printemps verra le lancement de la mission sino-française d’astrophysique SVOM, consacrée à l’étude des sursauts gamma, avec deux instruments français à son bord, ainsi que celui de la mission chinoise Chang’e 6 qui embarque l’instrument français DORN chargé d’estimer le dégazage de la croute lunaire. En octobre la mission HERA de l’ESA à laquelle le CNES contribue à travers son support aux opérations des deux cubesats embarqués Juventas et Milani sera lancée. Enfin, les contributions françaises aux missions EnVision et LISA du programme Cosmic Vision de l’ESA devraient être validées à l’issue de l’adoption officielle de chacune des missions par le SPC de l’ESA en janvier 2024.

Enfin, le siège du CNES sera temporairement déplacé au 52 rue de la Verrerie à compter de juin 2024, le temps d’une rénovation en profondeur du bâtiment actuel, 2 place Maurice Quentin Paris 1er, conformément à la Règlementation Thermique 2020, et ce dans le cadre de sa démarche RSE et de son Plan de sobriété.