30 Novembre 2017

60 jours alités pour la recherche spatiale. Dernière ligne droite pour l’expérience « Cocktail ». du CNES et de MEDES simulant l’impesanteur

En ce moment même, 10 volontaires vivent une expérience hors du commun dans les locaux de la clinique spatiale de MEDES (Institut de médecine et de physiologie spatiale), filiale du CNES,  afin de tester une méthode de prévention atténuant les effets indésirables de l’impesanteur sur le corps humain, dans des conditions similaires aux vols habités dans l’espace, ce qui vise à préparer les astronautes à leur retour sur Terre.

Cette campagne dure trois mois, jusqu’au 11 décembre. Dix hommes en bonne santé, âgés de 20 à 45 ans, ont passé 60 jours alités, inclinés la tête en bas de six degrés, de janvier à avril. Ils ont été sélectionnés après un vaste appel à candidatures et des entretiens médicaux et psychologiques et ils sont indemnisés pour leur participation. Avec plus 2.000 candidatures reçues, c’est là encore une nouvelle démonstration que l’espace intéresse le grand public, des centaines de personnes ayant exprimé leur envie de contribuer à la recherche médicale spatiale et de se dépasser en vivant une expérience extraordinaire.

L’expérience "Cocktail", dirigée par le CNES et réalisée en partenariat avec l'ESA, mobilise 16 équipes scientifiques internationales afin de préparer les futurs voyages de longue durée vers des bases lunaires ou vers Mars, tout en préservant la santé des astronautes. Elle est basée sur l’absorption de compléments alimentaires antioxydants et anti-inflammatoires (mélange d’extraits naturels polyphénoliques de plantes alimentaires) que les volontaires prennent plusieurs fois par jour, sous forme de gélules. La moitié des volontaires prend le complément alimentaire et l'autre moitié sert de groupe de contrôle et ne prend donc pas le cocktail de gélules.

Les expériences de simulation au sol sont indispensables car le nombre d’astronautes reste faible, le matériel expérimental est souvent difficile à embarquer (IRM, etc.) et toutes les recherches scientifiques ne peuvent être effectuées pendant les vols. Les études d’alitement permettent de simuler des conditions proches de celles rencontrées au cours des vols spatiaux. Les effets de l’impesanteur sur le corps humain sont alors étudiés. Au cours de cette expérience, les volontaires sont alités, la tête plus basse que les pieds, ce qui provoque une redistribution du volume sanguin vers la partie supérieure du corps, donc des modifications notamment de la volémie (volume total de sang circulant dans l’organisme), des performances cardiaques et des résistances vasculaires, comme dans l’espace.  Le MEDES étudie ainsi les mécanismes d’adaptation du corps humain à 60 jours de microgravité simulée, ce qui touche au métabolisme, au système cardiovasculaire, au muscle, à l'os, à l'immunologie, au système neurosensoriel ou encore au sommeil
CONTACTS
Fabienne Lissak     Responsable des Relations Médias    Tél. 01 44 76 78 37     fabienne.lissak@cnes.fr
Pascale Bresson    Attachée de presse     Tél. 01 44 76 75 39     pascale.bresson@cnes.fr
Raphaël Sart          Attaché de presse     Tél. 01 44 76 74 51     raphael.sart@cnes.fr

A propos de :