14 Décembre 2015

Accord universel sur le climat - Les satellites incontournables pour sa mise en œuvre

La COP21 de Paris s’est conclue, samedi 12 décembre, par un véritable tour de force, en scellant un accord universel sur le climat ; Pour toutes les agences spatiales ayant œuvré en ce sens, l’événement est une immense victoire. Satisfaction particulière pour le CNES qui a joué un rôle majeur dans la préparation du volet spatial de cette COP21 et qui continuera à mettre toutes ses compétences et tous ses outils au service du climat dans les années à venir, notamment grâce à l’apport des satellites MicroCarb et Merlin.

La COP21 de Paris s’est soldée, samedi 12 décembre, par un accord international sans précédent contre le réchauffement climatique. C’est pour la diplomatie française un véritable succès, qui vient saluer l’engagement unanime des Etats, des entreprises et des collectivités et qui donne aux scientifiques du monde entier de nouvelles armes pour agir, ainsi que des engagements politiques forts.

Sur le plan spatial, la COP21 est un véritable succès et une nouvelle mise en lumière aux yeux du monde entier, par les dirigeants politiques internationaux, du rôle incontournable des satellites pour l’étude et la protection du climat. Ce sont les satellites qui, les premiers, ont attesté de l’impact du réchauffement climatique, notamment sur la fonte des glaciers, en mesurant l’augmentation moyenne du niveau des océans, grâce à la filière d’océanographie spatiale et aux apports de l’altimétrie. Aujourd’hui, ce sont encore les satellites qui mesurent l’augmentation globale des concentrations de gaz à effet de serre dans l’atmosphère, principaux responsables du réchauffement et qui vont désormais pouvoir analyser ces émissions au niveau régional.

Pour le CNES, du fait de son rôle majeur dans la préparation du volet spatial de la COP21, la conclusion de cet accord est un événement majeur. Après plus de 20 ans passés à œuvrer sur les problématiques climatiques, notamment grâce à sa tradition d’excellence en océanographie spatiale, le CNES se mobilise aujourd’hui autour des missions MicroCarb et Merlin, afin de donner à la communauté scientifique internationale les armes les plus novatrices pour lutter contre le réchauffement.

Jean-Yves Le Gall, Président du CNES, s’est ému de cette grande victoire au nom du CNES et de ses collaborateurs qui travaillent depuis fort longtemps en ce sens. Il a déclaré : « Nous avons vécu une journée historique, qui s’est traduite par une véritable prise de conscience collective de l’urgence climatique. Pour le CNES, il s’agit d’une double fierté, celle d’avoir répondu au mieux à la confiance qui nous a été témoignée en nous demandant de préparer le volet spatial de cette COP21, mais aussi celle d’avoir pu montrer à la communauté internationale l’apport incontournable des satellites pour la protection du climat, et toutes nos actions en ce sens, depuis plus de 20 ans. Alors qu’en 1992, la mission franco-américaine Topex-Poseidon ouvrait la voie de l’océanographie spatiale et apportait à l’étude du climat des clés essentielles, c’est aujourd’hui une nouvelle frontière que franchit le spatial grâce aux missions de mesure des gaz à effet de serre, MicroCarb et Merlin, développées par le CNES. »

_____
Contacts
Pascale Bresson    Tél. 01 44 76 75 39    pascale.bresson@cnes.fr
Alain Delrieu    Tél. 01 44 76 74 04    alain.delrieu@cnes.fr
Julien Watelet    Tél. 01 44 76 78 37    julien.watelet@cnes.fr