12 Juin 2020

Centre spatial guyanais – 16ème mission de Vega : Validation du nouveau service de lancement de petits satellites (SSMS)

Jeudi 18 juin 2020, Vega s’élancera depuis le Centre Spatial Guyanais (CSG), port spatial de l’Europe, pour mettre en orbite 53 satellites pour le compte de 21 clients, à l’occasion du vol de validation du nouveau service de lancement de petits satellites (SSMS). Ce lancement sera le troisième de 2020 au Centre Spatial Guyanais, le premier de l’année pour Vega et le 16ème de ce lanceur, depuis son premier décollage au CSG, en 2012.

Le projet SSMS, proposé par Arianespace a été développé avec le support de l’ESA et d’Avio. Il permet de lancer en même temps plusieurs petits satellites dont la masse varie entre 1 kg et 500 kg afin de répartir les coûts du lancement entre les clients. Sous la maîtrise de l’ESA, la structure SSMS a été développée par Avio et fabriquée par la société tchèque, SAB Aerospace. Pour la première fois, une intégration de satellites a été réalisée en Europe et l’Union Européenne a contribué au financement de ce vol de démonstration.

Composée de différents modules qui peuvent être assemblés selon les besoins, comme un jeu de construction, la structure SSMS est composée :
⦁    D’une partie supérieure comprenant une colonne centrale, en forme de tour ou d’hexagone, une plateforme de support, des tiges ajustables et des séparateurs ;
⦁    D’une partie inférieure, qui utilise un module hexagonal (Hexamodule) pour accueillir plusieurs dispositifs de déploiement de CubeSats.

A l’occasion de ce lancement, Vega transportera sept microsatellites (de 15 kg à 150 kg) dans la partie supérieure et 46 CubeSats plus petits dans l’Hexamodule de la partie inférieure. Menée pour le compte de 21 clients issus de 13 pays différents, la mission VV16 sera réalisée au profit d’applications telles que l’observation de la Terre, les télécommunications, la recherche scientifique, le développement technologique ou l’éducation. La masse au décollage sera de 756 kg pour les satellites qui seront placés sur deux orbites héliosynchrones.

Les sept microsatellites sont :
⦁    Satellite de télécommunications expérimental pour Spaceflight Inc., construit par Maxar ;
⦁    GHGSat-C1 au service de la qualité de l’air, pour GHGSAT Inc., construit par SFL ;
⦁    NEMO-HD, premier satellite slovène, pour SPACE-SI, construit par SFL et SPACE-SI ;
⦁    UPMSat-2 au service de l’éducation, pour UPM, construit par IRD/UPM ;
⦁    ESAIL, pour le programme SAT-AIS de l’ESA, pour ExactEarth, construit par LuxSpace ;
⦁    ION SCV LUCAS capable de transporter un lot de CubeSats et de les déployer individuellement sur des créneaux orbitaux précis, pour Planet Labs Inc., construit par D-Orbit SpA ;
⦁    NewSat, satellite commercial comprenant un imageur à haute résolution dans le spectre visible et le proche infrarouge, pour Satellogic, construit par Satellogic.

CONTACTS
Pascale Bresson     Attachée de presse     Tél. 01 44 76 75 39    pascale.bresson@cnes.fr
Raphaël Sart    Attaché de presse    Tél. 01 44 76 74 51    raphael.sart@cnes.fr