8 Novembre 2017

Conseil européen sur l’espace à Tallinn (Estonie) - Les enjeux de Copernicus pour l’Europe

Mardi 7 novembre, Jean-Yves Le Gall, Président du CNES, a participé au Conseil européen sur l’espace, qui se tenait à Tallinn (Estonie), sur le programme Copernicus, son avenir, en particulier la politique sur les données spatiales et le développement du secteur spatial européen par la compétitivité et l’innovation. Urve Palo, Ministre de l’Entreprenariat et des Technologies de l’Information de l’Estonie et Présidente de ce Conseil, en a accueilli les membres, notamment Begoña Cristeto Blasco, Secrétaire générale à l’industrie et aux PME d’Espagne et Elzbieta Bienkowska, Commissaire européenne au Marché Intérieur et à l’Entrepreneuriat.

En octobre 2016, était présentée par la Commission européenne « une politique spatiale pour l’Europe » suivie par la signature entre la Commission et l’ESA de la première déclaration conjointe sur une vision partagée, permettant de consolider le socle d’excellence construit depuis plus de 50 ans et d’ouvrir la voie à des approches plus innovantes. Un an après, l’ambition du Conseil était de faire un point d’étape sur Copernicus, le programme de surveillance de l’environnement sans égal dans le monde, dont dispose aujourd’hui l’Union européenne.

Les chefs de délégation ont tout d’abord été invités à débattre des conditions permettant l’émergence de futurs « Business Models » dans le cadre de Copernicus, notamment au regard de l’implication croissante du secteur privé et de l’émergence de constellations dans le domaine de l’observation de la Terre. Puis, les membres du Conseil ont participé à une session de travail au cours de laquelle deux sujets étaient soumis aux délégations, l’un portant sur les domaines prioritaires pour l’évolution de Copernicus et l’autre sur les mesures permettant de renforcer le développement du secteur aval Copernicus.

Dans ce cadre, Jean-Yves Le Gall a rappelé le soutien de la France à la mise en œuvre d’une politique de données libre, gratuite et ouverte, pour permettre de développer un secteur aval européen et de renforcer la compétitivité de l’écosystème européen dans un contexte de concurrence globale intensive, tout en capitalisant sur les investissements publics européens réalisés dans le programme. Ensuite, il a souligné la priorité pour la France d’assurer la continuité des services et des observations pour les utilisateurs publics et privés. Enfin, le Président du CNES a rappelé combien la France partageait les priorités thématiques identifiées par la Commission dans sa stratégie spatiale concernant la surveillance des gaz à effet de serre, la surveillance polaire et la sécurité. Dans le contexte de la COP 21 et du rôle moteur joué par l’Europe dans la lutte contre le réchauffement climatique, la surveillance du gaz carbonique est la première priorité thématique pour le futur de Copernicus, suivie par la mission polaire pour la caractérisation des glaces et l’altimétrie. Pour conclure, il a confirmé la nécessité du développement des capacités du service de sécurité Copernicus en privilégiant le recours à l’offre commerciale existante plutôt qu’en acquérant des satellites dédiés.

_____
CONTACTS
Fabienne Lissak    Responsable des Relations Médias    Tél. 01 44 76 78 37     fabienne.lissak@cnes.fr
Pascale Bresson    Attachée de presse     Tél. 01 44 76 75 39     pascale.bresson@cnes.fr
Raphaël Sart    Attaché de presse     Tél. 01 44 76 74 51     raphael.sart@cnes.fr