7 Octobre 2019

Coopération spatiale entre la France et le Japon, le CNES au STS forum 2019 à Kyoto

Les 5 et 6 octobre 2019, Jean-Yves Le Gall, Président du CNES, a participé à Kyoto au Science and Technology in Society (STS) forum 2019 ainsi qu’au 10ème EU-Japan Science Policy Forum. En marge de ces événements, une rencontre avec Koji Omi, Président et fondateur du STS, a permis d’évoquer la coopération spatiale entre les deux pays.

Ouvert par le Premier ministre japonais, le STS forum se tient chaque année à Kyoto et réunit environ 1.400 participants venus de 80 pays différents. Issus des secteurs de l’industrie, de la recherche et de la politique, les intervenants débattent sur des sujets liés à l’avancement des sciences et des technologies et à leur impact sur nos sociétés. C’est ainsi que le Président du CNES a pu rappeler l’importance des technologies spatiales dans la lutte contre le changement climatique, l’analyse de ses conséquences et l’adaptation. Lorsqu’il s’agit de prendre des décisions éclairées et coordonnées, à l’échelle locale et mondiale, tant pour l’atténuation du changement climatique que pour l’adaptation, il est essentiel de partager le même diagnostic à l’international. Les satellites sont les outils les plus efficaces à cet effet, les agences spatiales partagent une responsabilité particulière dans la lutte contre le changement climatique.

Le Space Climate Observatory (SCO) est une initiative internationale visant à répondre au défi du changement climatique, qui réunit les nations spatiales. Le SCO produira et diffusera des données et des informations adéquates, opportunes et fiables sur les effets de ce changement aux niveau national et régional. Il permettra de fournir aux décideurs des scénarios aidant à la mise en œuvre de mesures d’atténuation et d’adaptation. Le SCO complétera et étendra les initiatives existantes. Comme les satellites, la lutte contre le changement climatique ne doit pas connaître de frontières.

Durant le 10ème EU-Japan Science Policy Forum, Jean-Yves Le Gall a rappelé le souhait de l’Europe de maintenir sa capacité d’intervention dans tous les domaines stratégiques de l’espace : un accès indépendant, des missions scientifiques ambitieuses, une autonomie en matière de navigation et d’observation de la Terre. La proposition budgétaire sans précédent de 16 milliards d’euros pour le prochain cadre financier de l’Union européenne (2021-2027) répond à ces ambitions.

Enfin, dans un secteur à l’évolution rapide ou de nouvelles puissances spatiales émergent, où les acteurs privés créent un nouvel écosystème, une vision commune de la politique spatiale peut être partagée par l’Europe et le Japon. Celle-ci passe par l’exploitation accrue du lien entre l’espace et la sécurité, sans pour autant parler de « militarisation de l’espace », le développement des applications spatiales au service de nos concitoyens, permettant de générer de nouveaux marchés tout en améliorant la vie quotidienne de chacun et enfin une ambition au plus haut niveau dans la lutte contre le changement climatique depuis l’espace.

CONTACTS
Pascale Bresson    Attachée de presse     Tél. 01 44 76 75 39     pascale.bresson@cnes.fr
Raphaël Sart    Attaché de presse     Tél. 01 44 76 74 51     raphael.sart@cnes.fr