14 Juin 2016

Coopération spatiale entre la France et l’Indonésie - Rencontre entre le CNES et le LAPAN

Une délégation du LAPAN, l’organisme chargé du développement aéronautique et spatial indonésien, menée par son Président, le professeur Thomas Djamaluddin, a rendu visite au CNES. Reçue au Siège à Paris par Jean-Yves Le Gall, Président du CNES, elle a ensuite visité ce jour, le Centre Spatial de Toulouse et ses installations.

L’Indonésie a fait son entrée dans le secteur spatial en 1976, avec le satellite de télécommunications Palapa-A1 et en a acquis huit depuis, pour l’opérateur indonésien PT Telekomunikasi Indonesia Tbk. En 2013, une loi spatiale a renforcé la position du LAPAN pour la conduite et la coordination des activités spatiales, concentrées autour de la météorologie spatiale, de la technologie et de l’utilisation de la télédétection. L’Indonésie est aussi, de par sa position géographique, impliquée dans le suivi des débris spatiaux. Elle lancera le satellite de télécommunications BRISat le 16 juin, grâce à un lanceur Ariane 5, mis en œuvre au Centre Spatial Guyanais et le 20 juin, le satellite de télédétection LAPAN-A3 sur un lanceur PSLV indien. Les relations entre la France et l’Indonésie dans le domaine spatial, remontent à 1974, alors qu’était signé un accord-cadre de coopération entre les deux pays. Au niveau industriel, les relations entre les opérateurs commerciaux de satellites de télécommunications indonésiens et les industriels européens sont nombreuses.

Invité par Jean-Yves Le Gall à venir visiter le CNES, en marge de sa participation au COPUOS, Thomas Djamaluddin a ainsi pu présenter les domaines d’intérêt de son pays, notamment pour les produits de la filiale CLS du CNES, spécialiste mondial en localisation et collecte de données, qui coordonne le projet scientifique et opérationnel d’océanographie INDESO qui est un sujet central pour l’Indonésie. A aussi été évoquée la possibilité de mettre en place un nouvel accord-cadre entre les deux pays, dans le but de former des équipes et développer les sujets technologiques ou les applications issues de l’observation de la Terre et de la modélisation climatique. A la suite de cette rencontre, Thomas Djamaluddin s’est rendu au Centre Spatial de Toulouse pour une visite, le mardi 14 juin, où il a été reçu par Marc Pircher, son Directeur.

_____
Contacts
Pascale Bresson Tél. 01 44 76 75 39 pascale.bresson@cnes.fr
Julien Watelet Tél. 01 44 76 78 37 julien.watelet@cnes.fr