5 Juin 2013

Succès du 69ème lancement d’une Ariane 5

L’ATV Albert Einstein est en route pour la Station Spatiale Internationale

Le mercredi 5 juin 2013, à 18 heures 52, heure de Guyane (23 heures 52, heure de Paris), Ariane 5 a parfaitement réussi sa mission depuis le Centre Spatial Guyanais, port spatial de l’Europe et a mis en orbite le 4ème véhicule de transfert automatisé de l’ESA, baptisé Albert Einstein. Il s’agit pour le lanceur européen du 55ème succès d’affilée depuis 2003.


Jean-Yves Le Gall, Président du CNES, a souligné cette nouvelle performance d’Ariane 5 et a déclaré : « Je tiens à féliciter toutes les équipes auxquelles nous devons ce nouveau succès, celles de l’ESA, d’Arianespace, de l’ensemble de l’industrie spatiale européenne et bien sûr celles du CNES. »
Avec 20 193 kg de charge utile à placer sur une orbite basse, très inclinée par rapport à l’équateur, le lancement de l’ATV Albert Einstein était pour Ariane 5 une mission très spéciale. Sa principale particularité consistait en deux allumages successifs, parfaitement réussis, du deuxième étage du lanceur Ariane 5 ES, développé pour l’occasion. Cela illustre l’efficacité du partenariat construit, depuis l'origine du programme Ariane, par le CNES, l’ESA, Arianespace et leurs partenaires industriels européens.
Le Président du CNES a précisé que « le relais a maintenant été pris par les équipes du CNES au Centre Spatial de Toulouse où se trouve le centre de contrôle de l’ATV. Elles sont désormais responsables du pilotage de l’ATV et de la coordination des moyens au sol, jusqu’à son amarrage à la Station Spatiale Internationale, prévu le samedi 15 juin à 15 heures 48. »

Véhicule spatial européen le plus ambitieux à ce jour, l’ATV a pour mission d’assurer le ravitaillement de la Station Spatiale Internationale (air, vivres, ergols, pièces de rechange, matériels pour les expériences, etc.) et les manœuvres de rehaussement d’orbite. À la fin de sa mission de plusieurs mois, l’ATV sera rechargé par les astronautes des déchets et autres matériels inutiles avant de se détacher de la Station et de se consumer en rentrant dans l’atmosphère, au-dessus de l’Océan Pacifique. En vol autonome, après séparation du lanceur, l’ATV utilisera ses propres moyens pour son alimentation en énergie (4 grands panneaux solaires et batteries) et pour son guidage (GPS, senseur stellaire), en liaison avec le centre de contrôle du Centre Spatial de Toulouse. L’ATV a été construit en Europe par un consortium d’industriels européens. De forme cylindrique, d’une longueur de 10 mètres et 4,5 mètres de diamètre, l’ATV est constitué de deux modules : un module d’avionique et de propulsion (le module de service) et un module pressurisé (le module de fret).

Contacts presse CNES :
Alain Delrieu – Tel. 01 44 76 74 04 – alain.delrieu@cnes.fr
Pascale Bresson – Tel. 01 44 76 75 39 – pascale.bresson@cnes.fr
Julien Watelet – Tel. 01 44 76 78 37 – julien.watelet@cnes.fr
Secrétariat presse – Tel. 01 44 76 76 88 – cnes-presse@cnes.fr


www.cnes.fr/presse