26 Février 2015

Le CNES à la première conférence de l’IAA sur le changement climatique

Jean-Yves Le Gall, Président du CNES, a inauguré la première conférence sur le changement climatique et la gestion des catastrophes, organisée par l’International Academy of Astronautics (IAA) et l’International Institute of Space Law (IISL), qui se tient du 26 au 28 février à Kovalam, Kerala, Inde.
Cette conférence, co-organisée par l’IAA (International Academy of Astronautics), l’IISL (International Institute of Space Law) et le KSCSTE (Kerala State Council for Science, Technology and Environnement), porte principalement sur les nombreux apports du spatial dans la compréhension du changement climatique. Ainsi, sur 50 variables utilisées pour définir le climat, 26 ne peuvent être mesurées que depuis l’espace, démontrant ainsi l’importance de ce domaine pour apprécier l’évolution du climat.

L’IAA est une organisation non-gouvernementale, reconnue par l’Organisation des Nations Unies, qui réunit 1.200 experts internationaux de l’astronautique issus d’environ 75 pays. Ses objectifs sont de promouvoir le développement de l’astronautique à des fins pacifiques et d’honorer les personnes qui s’y sont distinguées. Elle encourage la coopération internationale pour l’avancement des sciences aérospatiales.

Invité à prononcer le discours inaugural, Jean-Yves Le Gall, Président du CNES, a tout d’abord insisté sur le défi historique que devait relever l’espace pour préserver l’avenir de la planète : « Les agences spatiales ne peuvent répondre à toutes les questions mais sans elles, rien ne sera fait ». Dans ce contexte, il a notamment déclaré « qu’une observation globale de la planète était indispensable pour appréhender les évolutions climatiques et pour apporter les réponses les plus appropriées ».

Puis il a souligné « le rôle capital du programme international GCOS (Global Climate Observing System) », en rappelant que « l’Europe et plus spécifiquement la France, étaient des acteurs de tout premier plan dans l’observation du climat. » Dans ce domaine, les programmes Copernicus, Jason, SWOT et Merlin revêtent une importance majeure. La coopération entre l’Inde et la France est déjà des plus fructueuses, avec notamment les missions Megha-Tropiques et SARAL-AltiKa.

« La future conférence COP 21 qui se déroulera à Paris en décembre prochain, l’importance de l’IAA et de sa voix au niveau mondial, la coopération internationale dans le secteur spatial, sont autant d’éléments et de manifestations qui doivent converger vers une prise de conscience générale pour la protection de la planète à travers la collecte régulière et l’analyse continue des données issues de la technologie spatiale » a-t-il indiqué. Il a conclu en insistant sur la mobilisation nécessaire de tous les acteurs car, citant le Secrétaire Général des Nations Unies « Il n’y a pas de plan B puisqu’il n’y a pas de planète B ».


____

Contacts
Pascale Bresson Tél. 01 44 76 75 39 pascale.bresson@cnes.fr
Alain Delrieu Tél. 01 44 76 74 04 alain.delrieu@cnes.fr
Didier Jau Tél. 01 44 76 76 77 didier.jau@cnes.fr
Julien Watelet Tél. 01 44 76 78 37 julien.watelet@cnes.fr

cnes.fr/presse