12 Juillet 2019

Défense nationale, l’expertise du CNES au service des forces françaises

A la veille du week-end de commémoration de la fête nationale, avec en point d’orgue le traditionnel défilé militaire du 14 juillet, le CNES est fier de souligner les relations qu’il entretient avec les forces françaises. Depuis sa création en 1961, il travaille en étroite collaboration avec le ministère des Armées, l’une de ses deux tutelles avec le ministère de la Recherche, de l’Enseignement supérieur et de l’Innovation. Conduite de programmes spatiaux, projets de R&T, opération des satellites et surveillance de l’espace, différentes actions qui viennent soutenir les capacités des forces françaises et contribuent à la sécurité de nos concitoyens.

Dans la conduite des programmes, le CNES a développé des expertises dans les satellites et les architectures d’ensemble des systèmes. Sur certains programmes, il se voit déléguer par la Direction Générale de l’Armement (DGA), la maîtrise d’ouvrage des segments spatiaux qu’il exerce également sur des systèmes duaux (civils et militaires). Dans ce cadre, le travail réalisé avec la DGA et l’état-major des armées (EMA) vise à garantir au meilleur coût, les besoins exprimés par les forces.

La coopération du CNES avec le ministère des Armées dans le domaine de la R&T inclut le développement d’innovations technologiques dans les domaines de l’observation optique à très haute résolution, du renseignement d’origine électromagnétique et des télécommunications hautement sécurisées. Ces innovations bénéficient également aux acteurs civils. L’utilisation de ces technologies duales permet de réduire le coût des capacités opérationnelles des utilisateurs, tout en maintenant la compétitivité des industriels français au plus haut niveau.

Par ailleurs, le CNES maintient à poste les satellites militaires et duaux en orbite basse et leur transmet les plans de mission élaborés par les armées. Il veille à leur sécurité face aux risques auxquels ils sont exposés, en particulier les débris spatiaux. Ces actions sont conduites en étroite coordination avec l’armée de l’air. Le CNES et le Commandement Interarmées de l’Espace (CIE) coopèrent en outre dans le cadre du comité de pilotage du consortium EU-SST qui rassemble huit Etats européens (Allemagne, Espagne, France, Italie, Royaume-Uni, Pologne, Roumanie, Portugal) mettant en commun leurs moyens afin d’offrir à plus de 120 satellites européens des services de surveillance de l’espace (anticollision, rentrées à risque dans l’atmosphère).

Témoins de cette coopération fructueuse entre le CNES et le ministère des Armées, le lancement, depuis le Centre Spatial Guyanais, du premier des trois satellites de la constellation CSO (Composante Spatiale Optique) fin 2018 et la signature en début de semaine, par le CNES et Airbus, du contrat du programme CO3D (Constellation Optique en 3D). Avec CSO, les armées accèdent à un très niveau de performance en matière d’observation optique dans le visible et l’infrarouge. Avec CO3D, elles disposeront, à compter de 2022, d’un modèle numérique de surface mondial très précis et d’une capacité d’observation optique de la Terre de résolution submétrique (50 cm) avec un fort taux de revisite. Duale, la constellation des quatre satellites CO3D produira un très grand nombre de données utiles à la défense comme à la communauté scientifique.

CONTACTS
Pascale Bresson    Attachée de presse     Tél. 01 44 76 75 39     pascale.bresson@cnes.fr
Raphaël Sart    Attaché de presse     Tél. 01 44 76 74 51     raphael.sart@cnes.fr

Publié dans :