11 Septembre 2015

Inauguration du nouveau centre opérationnel d’Issus-Aussaguel du CNES

Le jeudi 17 septembre, sera inauguré le nouveau centre opérationnel de la station de réception d’Issus-Aussaguel du CNES, dédié aux opérations de contrôle et de suivi des engins spatiaux. Ce nouveau bâtiment confirme la présence du CNES sur ce site sur le long terme et sa volonté de disposer en propre de moyens opérationnels autonomes. C’est aussi une colocation historique qui prend fin entre le CNES et France Telecom, qui avaient mis en place le site ensemble il y a plus de 30 ans, alors qu’ils étaient tous deux placés sous l’égide du ministère des Télécommunications.

Le nouveau bâtiment, implanté à quelques dizaines de mètres de l’ancien et baptisé «Claude Chappe» en hommage à l’inventeur du télégraphe, est d’une surface totale de 940 m2  (640 m2 pour la partie opérationnelle au rez-de-chaussée et 300 m2 pour les servitudes au sous-sol) et cumule de nombreux avantages. Totalement intégré au Centre spatial de Toulouse, il rejoint le système global d’information et de surveillance, avec un soin particulier apporté à la sécurité et à la continuité du service : deux liaisons redondantes acheminent, depuis ou vers Toulouse, les télémesures et télécommandes satellites ; en cas de coupure de courant, groupes électrogènes, onduleurs et batteries prennent le relais du réseau énergie. Le nouveau centre est aussi conforme à la Réglementation Thermique  2012 : la chaleur dégagée par les baies, les équipements de la salle d’opération et des salles techniques chauffe les bureaux et les salles de réunion, tandis que des brise-soleil permettent un éclairage naturel sans surchauffe. Enfin, fourreaux et gaines sont prêts pour l’arrivée, en 2018, d’une antenne de nouvelle génération pour suivre les 300 à 400 survols mensuels de ce site par la quinzaine de  satellites opérés par le CNES mais aussi certains de ses partenaires.

--------------------------

Une visite du site et l’inauguration se feront en présence de :
Marc Pircher, Directeur du Centre Spatial de Toulouse du CNES
Bruno Caubet, maire d’Issus
Emilienne Poumirol, Conseillère départementale du canton d'Escalquens
-
Le 17 septembre 2015 à 11h45
Chemin d’Aussaguel, 31450 Issus
-
La presse est cordialement invitée, inscription par mail auprès de nathalie.journo@cnes.fr - Une pièce d’identité sera demandée

--------------------------

A l’origine dans les années 1980, l’intention de France Télécom et du CNES était d’investir et d’exploiter en commun un site de stations de contrôle de satellites. Ceci était alors  justifié par les besoins à moyen terme des missions spatiales des deux entités et notamment par les synergies entre les projets Spot et Telecom-1.
Depuis la fin des années 1990, le rôle et la stratégie de France Télécom, en tant qu’opérateur national de satellites ayant évolué, les synergies sur le site ont progressivement diminué et le partage du patrimoine en vue d’une exploitation séparée a été décidé.
Le site d’Aussaguel : à l’écoute de 12 satellites
Le site d’Aussaguel est toujours pour le CNES l’un des sites essentiels à partir duquel il peut assurer ses opérations de contrôle et de suivi des engins spatiaux, y compris la collecte des données des missions. Aujourd’hui, les 12 satellites contrôlés par le CNES utilisent la station d’Aussaguel. Ses antennes multi-missions font également partie intégrante du réseau de stations mobilisé lors de chaque lancement depuis le Centre spatial guyanais (Ariane 5, Vega et Soyouz) et le site accueille également les stations de poursuite mobiles de la télémesure Ariane (SNA et NATA).
Il est par ailleurs prévu d’accueillir sur le site une des antennes S+X du projet Cormoran (2017) qui viendra en remplacement des stations bande S et X  du réseau actuel, en servant les missions telles que Pléiades, CSO ou SWOT.
Le réseau de stations de réception du CNES évolue
La station d’Issus-Aussaguel fait partie du réseau multi-missions du CNES. Réparti sur toute la planète, ce réseau de 6 stations d’Inuvik dans le grand nord canadien aux Iles Kerguelen en passant par Kourou en Guyane française, Kiruna en Suède et Hartebeesthoek en Afrique du Sud est utilisé pour mettre et maintenir à poste l’ensemble des satellites du CNES et de certains de ses partenaires et recevoir les données des instruments de toutes sortes qu’ils embarquent (Observation de la Terre, Etude de l’Univers, Climat, …) . Il assure la connexion radio bidirectionnelle (réception et émission) avec ces satellites au moyen d’antennes paraboliques mobiles.
Pour faire face à l’accroissement des besoins en nombre de survols et à l’explosion des besoins en débit et volume de données, un nouveau modèle de station bifréquence est en cours de déploiement dans le cadre du programme Cormoran : il continue d’utiliser la bande « S », autour de 2 GHz, pour les services de commande-contrôle, mais récupère les données de mission sur la bande « X », autour de 8 GHz. Cette évolution répond aux besoins des nouvelles missions, à commencer par Saral-Altika, depuis 2013, et bientôt Taranis et Merlin. Cette nouvelle antenne remplacera à Aussaguel l’antenne bande S historique du site qui atteint les 40 ans d’âge ; deux antennes jumelles feront de même à Kourou (2015) et Hartebeesthoek en Afrique du Sud (2016).
L’objectif est de permettre au réseau d’absorber la multiplication par 300 du volume de données échangées dans la décennie à venir.
_____
Contacts
Nathalie Journo (presse locale)    Tél. 05 61 27 39 11    nathalie.journo@cnes.fr
Alain Delrieu    Tél. 01 44 76 74 04    alain.delrieu@cnes.fr
Julien Watelet    Tél. 01 44 76 78 37    julien.watelet@cnes.fr

Publié dans :