25 Septembre 2020

LA COMMISSION DE LA DEFENSE NATIONALE ET DES FORCES ARMÉES DE L’ASSEMBLEE NATIONALE VISITE LE CENTRE SPATIAL DE TOULOUSE

Vendredi 25 septembre, une délégation de la Commission de la défense nationale et des forces armées de l’Assemblée nationale, conduite par Françoise Dumas, Présidente de la Commission et Députée du Gard et comprenant Sabine Thillaye, Députée d’Indre-et-Loire et Présidente de la Commission des Affaires Européennes de l’Assemblée Nationale ainsi que Marianne Dubois, Députée du Loiret, s’est rendue au Centre Spatial de Toulouse (CST). Ce déplacement a permis aux parlementaires de constater comment la stratégie spatiale de défense est concrètement déclinée sur le terrain.

Décidée par le Président de la République au début de l’année dernière, puis présentée publiquement par la ministre des armées le 25 juillet 2019 sur la base aérienne de Lyon Mont-Verdun, la stratégie spatiale de défense est entrée depuis cette date dans une phase de mise en œuvre, qui implique directement le CNES. L’une de ses mesures les plus emblématiques a en effet été celle de la création, le 3 septembre 2019, du Commandement de l’Espace (CDE), que la ministre des armées a décidé d’implanter sur le site du CST afin de pleinement profiter de toutes les synergies possibles avec le CNES.

Le CNES est ainsi appelé à jouer un rôle déterminant dans l’acquisition par les armées des compétences qui leur sont nécessaires pour mener des opérations dans l’espace, qui pour certaines seront d’un type nouveau puisqu’il s’agira de pouvoir défendre les intérêts de la France dans l’espace, y compris de façon active. A ce stade, une trentaine de militaires du CDE sont déployés au CST dans le cadre d’une montée en puissance qui devrait atteindre un effectif d’environ 400 personnes à l’horizon 2025. En parallèle de ce volet opérationnel, le CNES est aussi très impliqué dans la préparation des futures capacités spatiales militaires envisagées dans la stratégie spatiale de défense. Il est ainsi maitre d’ouvrage et maitre d’œuvre système du démonstrateur Yoda de surveillance de l’espace depuis l’espace, dont le lancement est prévu fin 2023.

Au fil de leur visite, les parlementaires se sont fait présenter les moyens mis en œuvre par le CNES pour contrôler les satellites militaires et duaux en orbite basse, en particulier le centre d’opérations du réseau d’antennes permettant aux satellites de communiquer avec le sol (COR), le centre d’orbitographie opérationnelle chargé du calcul et de la restitution des orbites des satellites (COO) et le centre de programmation et de commande-contrôle (CPCC) du satellite militaire d’observation CSO qui reçoit et traite les demandes de prise de vue, envoie au satellite son plan de travail et s’assure de son bon fonctionnement en orbite. Au travers de la visite du centre d’expertise de qualité image (CEQI), les parlementaires ont également pu prendre la mesure du travail fourni par le CNES afin que les armées disposent en permanence d’images de très haute qualité. Le centre d’ingénierie concourante (CIC), plateforme d’innovation collaborative, a enfin été présenté aux parlementaires qui ont découvert les méthodes agiles mises en œuvre par le CNES pour répondre rapidement aux besoins capacitaires de la défense dans le domaine spatial.

CONTACTS
Pascale Bresson     Attachée de presse     Tél. 01 44 76 75 39    pascale.bresson@cnes.fr
Raphaël Sart    Attaché de presse    Tél. 01 44 76 74 51    raphael.sart@cnes.fr