4 Avril 2019

La France, moteur de l’Europe spatiale, visite de l’ESA au Centre Spatial de Toulouse

Mercredi 3 avril 2019, Jan Wörner, Directeur général de l’ESA, s’est rendu au Centre Spatial de Toulouse afin d’y rencontrer les équipes de l’ESA qui, intégrées avec celles du CNES, pilotent les programmes NEOSAT et Egnos. Günther Hasinger, Directeur de la Science de l’ESA, était également présent et a visité les installations des programmes SVOM et GAIA. Jean-Yves Le Gall, Président du CNES, a accueilli la délégation et a participé à différents échanges sur le programme Cosmic Vision, développé par l’ESA avec le concours du CNES.

NEOSAT est un programme de recherche et développement de pointe sur les systèmes de télécommunication par satellites géostationnaires. Le CNES et l’ESA œuvrent en coopération sur NEOSAT afin de valoriser les innovations nécessaires pour renforcer la compétitivité et les parts de marché des maîtres d’œuvre et des équipementiers des satellites européens. NEOSAT a été lancé dans le cadre du volet spatial du Programme d’Investissements d’Avenir (PIA) et se poursuit dans le cadre du programme ESA ARTES14. L’objectif principal du programme est de parvenir à une réduction de 30% du coût de la capacité en orbite par rapport aux coûts actuels. Les premiers satellites commerciaux des deux filières industrielles NEOSAT seront lancés fin 2019 et 2020.

Egnos est le premier volet de la stratégie européenne en matière de navigation par satellites, avant le développement du système Galileo qui compte aujourd’hui plus de 700 millions d’utilisateurs. Son objectif premier était de rendre plus performant le service de radionavigation par satellite pour des applications exigeantes en terme de sécurité des personnes et des biens et en tout premier lieu, celles de l'aviation civile. Durant la prochaine décennie, Egnos améliorera les performances de Galileo, notamment l’intégrité de l’information de géolocalisation pour répondre aux exigences de l’OACI (Organisation de l’Aviation Civile Internationale) et permettre ainsi le guidage des avions dans les phases d’atterrissage.

SVOM (Space Variable Objects Monitor) est une coopération entre la CNSA (China National Space Administration) et le CNES. Elle vise à placer en orbite, à 600 km d'altitude autour de la Terre, un satellite dédié à l'observation des sursauts gamma. Ces phénomènes, les plus énergétiques de l’Univers, résultent de l'explosion d'étoiles massives mais aussi de la fusion d'objets compacts comme les étoiles à neutrons ou les trous noirs. SVOM sera doté de quatre instruments dont deux conçus et réalisés par la France : ECLAIRs, une caméra X et gamma, et MXT, un télescope à rayons X de basse énergie. Le lancement en 2021, le satellite et les opérations de la mission SVOM sont sous responsabilité chinoise. La conception et la réalisation des instruments et des composantes sol sont partagés entre la Chine et la France.

Quant à GAIA, lancé le 19 décembre 2013, le satellite a un objectif pour le moins ambitieux : cartographier une partie de notre galaxie. Pour réaliser ses mesures, GAIA dispose de deux télescopes optiques, lui permettant de déterminer précisément la position des corps célestes observés et d'analyser leur spectre lumineux. Le 25 avril 2018, le cap du milliard d’étoiles observées en trois dimensions a été franchi et l’ESA a rendu public le deuxième catalogue d’étoiles, très attendu par la communauté scientifique. Le troisième sera présenté en 2020.

CONTACTS
Pascale Bresson    Attachée de presse     Tél. 01 44 76 75 39     pascale.bresson@cnes.fr
Raphaël Sart    Attaché de presse     Tél. 01 44 76 74 51     raphael.sart@cnes.fr
Sébastien Martignac    Attaché de presse     Tél. 01 44 76 78 35     sebastien.martignac@cnes.fr