18 Septembre 2020

« LA TRIBUNE SPACE FORUM »

Face à la crise sanitaire, le CNES insiste sur l’urgence d’une ambition collective et européenne

Fort du succès de ses deux premières éditions, La Tribune Space Forum a organisé sa première édition consacrée au spatial, vendredi 18 septembre, à la Cité de l’espace à Toulouse. Invité en qualité de Grand Témoin, Jean-Yves Le Gall, Président du CNES, s’est exprimé sur l’impact de la crise sanitaire sur le secteur et a insisté sur l’urgence d’une ambition collective et européenne, analysée au travers de trois prismes.

La mobilisation de l’Europe.

Avec la volonté de garantir la souveraineté de l’Europe et de l’inscrire dans la compétition mondiale, l’Agence spatiale européenne et la Commission européenne se veulent fédératrices. Mobilisées dans le domaine des télécommunications et dans celui des technologies quantiques, elles garantissent un accès compétitif à l’espace, l’autonomie industrielle dans les composants et des moyens propres dans le traitement des données, où notre dépendance est trop forte vis-à-vis des Gafa. L’ensemble trace une ligne particulièrement ambitieuse.

L’avènement du post-NewSpace.

Alors que le rôle des États semblait remis en question avec le NewSpace, la séparation public privé perd de plus en plus son sens. Sans l’investissement massif du public, il n’y a pas de cadre et d’espace pour l’investissement privé. L’un se nourrit de l’autre et le rapport de force entre investissement privé et investissement public restera sur le long terme en faveur de la puissance publique. Les start-ups ne pourront se développer qu’en parfaite symbiose avec la puissance publique et les grands groupes, qui leur apportent financements, contrats et technologies. L’ère du post-NewSpace est bien là.

L’horizon des possibles.

L’exploration humaine de la Lune et plus tard de Mars, sera la grande aventure de notre siècle : avec les Etats-Unis, la France et l’Europe préparent la première réponse à cette interrogation sur l’origine de la vie grâce au retour d’échantillons martiens. L’espace jouera aussi un rôle très important pour l’observation de la Terre : les satellites seront de formidables lanceurs d’alerte dans un monde hyper contrôlé où toute politique publique, nationale ou régionale, sera confrontée à son impact sur le réchauffement climatique global et sur les infrastructures humaines.

En conclusion, Jean-Yves le Gall a déclaré : « Organisé, compétitif et ambitieux, notre écosystème spatial est prêt à relever le défi que lui lance cette période inédite. Le cadre européen est dressé et notre capacité à travailler ensemble, universités, laboratoires, agences publiques, industriels, start-ups, a été décisif pour obtenir ce plan de relance comme pour le succès de la Conférence ministérielle de Séville. Gardons cette communauté de vue et d’analyse. C’est la condition sine qua non pour que nous continuions à jouer notre rôle au sein d’une Europe spatiale toujours plus ambitieuse. »