4 Décembre 2020

LANCEMENT DU DEVELOPPEMENT DE LA FILIERE SPACE INSPIRE

L’industrie des télécommunications spatiales est en pleine mutation. Traditionnellement constitués de transpondeurs hyperfréquences, les satellites de télécommunications connaissent un basculement vers des satellites où l’ensemble des signaux reçus et émis sont traités numériquement.

C’est dans ce contexte que Thales Alenia Space développe la nouvelle filière de satellites géostationnaires de télécommunications, Space Inspire. Les satellites Space Inspire peuvent adapter leur couverture, leur plan de fréquence et suivre l’évolution du marché, ce qui améliore pour les opérateurs leur retour sur investissement. Une standardisation des satellites permet par ailleurs de réduire très fortement les coûts récurrents et les délais d’approvisionnement. Cette nouvelle filière s’accompagne d’une très forte innovation en France, au niveau système et en matière de technologies, ce qui a conduit le CNES à mettre en place un plan ambitieux de R&D dans la base industrielle nationale. Le CNES a accompagné cette initiative depuis l’élaboration des premiers concepts et a travaillé étroitement avec l’industrie durant la phase de définition préliminaire qui s’achève.

Compte tenu des enjeux industriels français liés à cette filière, le gouvernement a décidé le 7 avril 2020 de mettre en place dans le cadre du PIA (Programme d’Investissements d’Avenir), un programme dédié au développement de cette nouvelle filière Space Inspire. La mise en œuvre de ce programme été confiée au CNES qui, après une première étude démarrée en avril, a notifié le 17 novembre, le contrat de développement de la filière satellite. Les marchés passés par le CNES pour le système et les équipements sont complétés par des activités du programme ARTES de l’ESA, pour le développement de certaines composantes et briques de base hors France.

"Space Inspire s'appuie sur des technologies avancées et un savoir-faire français, tant pour la charge utile que pour la plateforme. Il offrira une flexibilité totale en orbite ainsi que des capacités et un coût très attractifs. Depuis la phase de définition préliminaire, le CNES est fortement impliqué dans le développement de cette nouvelle génération de satellites : il met actuellement en œuvre le PIA et vient de notifier le marché de phase C/D satellite. Certaines briques de base développées en dehors de la France sont financées en complément par les activités ESA ARTES », a déclaré Caroline Laurent, Directrice des Systèmes Orbitaux au CNES.

CONTACTS
Pascale Bresson     Attachée de presse     Tél. 01 44 76 75 39    pascale.bresson@cnes.fr
Raphaël Sart    Responsable Presse    Tél. 01 44 76 74 51    raphael.sart@cnes.fr