7 Juin 2016

Le CNES à GLIS 2016 (Global Conference on Space and the Information Society)

Jean-Yves Le Gall, Président du CNES et Président Elu de l’IAF, a représenté le CNES à la Global Conference on Space and the Information Society (GLIS 2016), portant cette année, sur le rôle du spatial dans la connectivité au niveau mondial. Cet événement, co-organisé par l’IAF et l’ITU, s’est déroulé les lundi 6 et mardi 7 juin à Genève.

Co-organisé par l’IAF (International Astronautical Federation) et l’ITU (International Telecommunication Union), GLIS 2016 proposait aux gouvernements, aux agences spatiales, aux industriels et aux entrepreneurs, un forum de haut niveau pour échanger, analyser et confronter leurs expériences sur l’impact des politiques, des technologies et des applications spatiales dans la vie de tous les jours.

A la veille de prendre la présidence de l’IAF, Jean-Yves Le Gall, Président du CNES, est revenu sur les succès de 2015, en particulier sur l’accord historique obtenu le 12 décembre dernier à Paris lors de la COP21, plaçant l’espace au cœur de la lutte contre le réchauffement climatique. Il a souligné l’entrée en vigueur de la Déclaration de New Delhi, traduisant la volonté des agences spatiales du monde entier, d’accompagner l’Accord de Paris. Au sein de la communauté spatiale internationale, plus de 60 pays se sont engagés à établir ensemble un cadre de travail global, avec pour objectif la mise en place d’un système international indépendant, permettant d’estimer les émissions de gaz à effet de serre, en se basant sur les données de tous, afin de les réduire davantage. Revenant sur le rôle majeur de la France et de l’Europe dans ce cadre, mais aussi sur l’importance des coopérations dans ce domaine, il a évoqué les nombreux projets engagés, notamment IASI-NG avec Eumetsat, SMOS et Biomass avec l’ESA, Merlin avec le DLR, MicroCarb mais aussi les Sentinel du programme Copernicus et bien sûr les projets résultants de coopérations internationales.

Au cours de la plénière d’ouverture, il a rappelé le caractère extrêmement changeant du secteur spatial ces dernières années et l’avènement d’un nouvel âge que l’on appelle aujourd’hui le NewSpace et qui, selon lui, ressemblera davantage à un SmartSpace, au vu des systèmes spatiaux toujours plus réactifs, miniaturisés, modulaires ou flexibles. Selon lui, ce nouveau modèle permet de briser les frontières entre l’espace et les technologies NBIC, de développer les applications et de réduire les masses emportées. Il n’a pas manqué de lier ces problématiques à celles du climat, pour le contrôle duquel les satellites sont amenés à jouer un rôle de plus en plus grand. Il a évoqué les perspectives d’évolution des services d’accès à Internet et l’arrivée de la 5G. 

Il a conclu son intervention par une invitation à la session spéciale dédiée à un point d’étape sur la Déclaration de New Delhi, qui sera organisée lors du prochain congrès de l’IAF, le mardi 27 septembre à Guadalajara (Mexique).

_____
Contacts
Pascale Bresson  Tél. 01 44 76 75 39  pascale.bresson@cnes.fr
Julien Watelet  Tél. 01 44 76 78 37  julien.watelet@cnes.fr

Publié dans :