10 Juillet 2015

Philae et Rosetta s’offrent 20 minutes de conversation

Nouvelle très encourageante pour la suite de la mission de Philae, puisque la comète Churyumov-Gerasimenko arrivera à son périhélie (le point le plus proche du Soleil) dans la nuit du 12 au 13 août prochain. Alors que la sonde et l’atterrisseur ont procédé ces derniers jours à des tentatives de communication, Rosetta et Philae ont communiqué pendant 20 minutes quasi ininterrompues hier en fin d’après-midi, un huitième contact qui est une véritable surprise et que les équipes sont en train de déchiffrer.

La mission Rosetta n’a décidément pas fini de défrayer la chronique. Alors que la dernière communication entre Rosetta et Philae datait du 24 juin, les équipes procédaient régulièrement à des tentatives de communication entre la sonde et son atterrisseur, en faisant varier la hauteur de Rosetta sur l’horizon de Philae et la distance les séparant. C’est avec une grande surprise qu’elles ont assisté hier à un huitième créneau de communication quasi ininterrompu de 20 minutes, de 19h45 à 20h05.

Alors que la comète Churyumov-Gerasimenko se rapproche de son périhélie, le point le plus proche du Soleil, qu’elle atteindra dans la nuit du 12 au 13 août prochain, tous les yeux sont braqués sur la « mission de tous les records ». En effet, cette proximité avec le Soleil devrait permettre aux scientifiques de compléter les analyses qui n’avaient pu être menées en novembre du fait de l’atterrissage acrobatique de Philae et de sa position sur le flanc, calé entre des rochers. Mais pour ce faire, il fallait avant tout réussir à rétablir une liaison de qualité entre Rosetta et Philae, une opération en cours depuis juin dernier.

Grande surprise pour les scientifiques, Rosetta et Philae ont communiqué hier… pendant 20 minutes quasi ininterrompues, une nouvelle aussi prometteuse que surprenante, puisqu’une telle liaison, réalisée à une latitude de 12 degrés, était plus qu’inattendue ! Cette liaison est de loin le meilleur créneau obtenu, avec très peu de coupures, et est de bon augure pour la suite, puisqu’une telle qualité de communication permettrait aux équipes de prendre la main sur Philae et de le commander alors que, jusqu’à maintenant, le robot se réveille, s’éteint et travaille de façon autonome. Elle rassure aussi la communauté scientifique quant à l’état de Philae et de ses équipements.

_____
Contacts
Pascale Bresson    Tél. 01 44 76 75 39     pascale.bresson@cnes.fr
Alain Delrieu    Tél. 01 44 76 74 04    alain.delrieu@cnes.fr
Julien Watelet    Tél. 01 44 76 78 37    julien.watelet@cnes.fr

A propos de : 
Publié dans :