7 Mars 2022

Philippe Baptiste devant les parlementaires nationaux et européens sur le numérique et l’espace

Le 2 mars 2022, a l’occasion de la conférence des présidents des commissions des Parlements des 27 Etats membres et du Parlement européen sur le « numérique et l’espace », organisée dans le cadre de la Présidence Française du Conseil de l’Union européenne, Philippe Baptiste, Président-Directeur général du CNES, s’est exprimé devant les membres des parlements nationaux et européens sur la compétitivité de l’industrie spatiale européenne face aux défis du NewSpace et aux enjeux de défense.

L’émergence du NewSpace et l’interdépendance grandissante entre le spatial et la défense font apparaitre des enjeux de nature stratégique, économique et industrielle, qui nécessitent d’établir une politique spatiale adaptée. Une politique qui, selon Philippe Baptiste, doit contribuer à l’autonomie stratégique de la France et de l’Europe, mais également être économiquement efficiente et permettre la défense de leurs intérêts dans l’Espace.

« L’autonomie stratégique se réalise, pour une large part, au travers d’une industrie spatiale performante et pérenne, car les mêmes industriels produisent les systèmes spatiaux civils et militaires » a-t-il précisé, avant de rappeler que 40% du chiffre d’affaire de l’industrie spatiale européenne provient du marché commercial privé, contre seulement 10% de celui de ses concurrentes, qui elles bénéficient d’un marché institutionnel captif beaucoup plus développé. « Notre industrie, plus que ses concurrentes, doit donc s’adapter au marché pour y être compétitive. A défaut, elle ne serait pas économiquement viable. Ce serait alors notre accès autonome à l’Espace et la capacité à produire des armes stratégiques et des satellites qui seraient menacés en Europe, ce qui n’est évidemment pas acceptable. L’Etat, au travers du CNES, est là pour accompagner les efforts de compétitivité, donc d’efficience économique, de notre industrie spatiale ».

Les mesures prises en faveur du secteur spatial dans les cadres du plan de relance de l’économie et du plan France 2030, ainsi que les initiatives plus anciennes du CNES telles que le développement du moteur réutilisable à bas coût Prometheus, en partenariat avec ArianeGroup, ou encore le lancement d’une filière industrielle nationale de nanosatellites hautes performances avec Hemeria, s’inscrivent dans cette perspective.

Enfin, le Président-Directeur général du CNES a rappelé la volonté de la présidence de la République française de défendre les intérêts nationaux dans l’Espace conformément à la stratégie spatiale de défense adoptée en 2019, soulignant que le CNES était pleinement engagé dans la mise en œuvre de celle-ci aux côtés du ministère des armées. « Le CNES apporte une contribution très importante à la montée en compétences des armées dans le domaine spatial et engage toute son expertise au développement des futures capacités spatiales militaires, qui continueront d’apporter un appui aux opérations interarmées mais aussi – et cela est nouveau- permettront d’agir dans l’espace », a-t-il précisé.

CONTACTS           
Olivia Baumann    Attachée de Presse    Tél. 01 44 76 76 77    olivia.baumann@cnes.fr
Pascale Bresson    Attachée de Presse    Tél. 01 44 76 75 39    pascale.bresson@cnes.fr
Raphaël Sart    Responsable Presse    Tél. 01 44 76 74 51    raphael.sart@cnes.fr